Actualités immobilières

Transformer un logement en colocation : comment faire ?

transformer logement en colocation

La colocation est une forme de location de plus en plus populaire qui incite un grand nombre de propriétaires bailleurs à transformer un logement en colocation. Qu’est-ce qu’une colocation et pourquoi est-ce une solution si séduisante ?

Qu’est-ce qu’une colocation ?

Depuis le 24 mars 2014, la loi Alur définit la colocation comme étant une location d’un bien par plusieurs locataires, appelés colocataires, et qui en font leur résidence principale. Le propriétaire a le choix de rédiger un seul et unique bail qui sera signé par l’ensemble des colocataires, ou rédiger un bail individuel pour chaque colocataire. Une colocation peut se faire dans une maison ou dans un appartement.

Tout comme dans un bail de location traditionnel, un colocataire peut avoir le besoin de faire appel à un garant afin de conclure le contrat. C’est très souvent demandé dans le cadre des colocations car elles sont souvent recherchées par les étudiants ou les personnes avec des revenus modestes.

Le bailleur pourra exiger un ou plusieurs garants, par colocataire ou pour l’ensemble des colocataires. Les mêmes obligations incombent au(x) garant(s) dans une colocation que dans une location classique.

Colocation : une option avantageuse pour le propriétaire bailleur

Le régime de la colocation offre de nombreux avantages au bailleur :

Rentabilité accrue – il s’agit de l’avantage principal de la colocation. En effet, les logements disponibles en colocation se louent très souvent à des prix supérieurs de la moyenne du marché. La colocation étant de plus en plus prisée, le taux d’occupation est proche des 100 %. Également, si l’un des colocataires venait à quitter la colocation, les autres colocataires se chargeront de la recherche d’un nouvel habitant à la place du propriétaire.

A lire également :  L'immobilier à Roanne : prix au mètre carré et tendances

La clause de solidarité – n’est pas obligatoire mais est fortement recommandée pour la protection du propriétaire en cas de loyers impayés. Celle-ci stipule que chacun des colocataires – ainsi que son garant – sont redevables de l’entièreté des sommes dues au propriétaire. Autrement dit, il incombe à chaque colocataire de payer la part manquante des autres occupants si ceux-ci ne la paient pas.

La recherche de colocataires

La colocation peut être constituée de personnes qui se connaissent déjà ou non. L’objectif en tant que propriétaire est que l’ensemble des chambres soient occupées le plus rapidement possible.

Tout comme une location classique, vous pouvez soit poster une annonce vous même ou faire appel à une agence immobilière qui s’occupera des démarches pour vous. Contrairement à une location classique, il sera opportun de veiller à ce que l’ensemble des locataires soient sur la même longueur d’onde. Le but recherché étant de constituer une colocation stable avec des occupants qui paient leur loyer en temps et en heure.

Quel contrat de location pour la colocation ?

Le propriétaire dispose de deux options concernant le contrat de colocation : un contrat de bail unique ou un contrat de bail individuel pour chaque colocataire.

Le contrat de bail unique

Il s’agit du contrat de bail le plus intéressant pour le propriétaire bailleur. Ce contrat doit être signé par l’ensemble des colocataires et une copie doit être remise à chacun. L’avantage principal est qu’il existe un principe de solidarité entre les colocataires. Ceux-ci s’engagent donc à payer le loyer en entièreté, et cela même si l’un des colocataires a quitté le logement.

A lire également :  Les bonnes raisons pour investir dans l'immobilier sur un port de plaisance

Les baux séparés pour chaque colocataire

Dans ce cas-ci, chaque colocataire devra signer un contrat de location unique avec le bailleur. Chacun des contrats devra mentionner explicitement la pièce qui sera à usage exclusif de chaque colocataire ainsi que détailler les parties communes du logement. Chaque colocataire doit s’acquitter de sa part du loyer et de toute somme due au propriétaire comme précisé dans le contrat de bail.

Un colocataire peut quitter le bien moyennant le respect d’un préavis de départ de 3 mois pour un logement vide et 1 mois pour un logement meublé. La notification de son souhait de quitter le logement doit se faire par lettre recommandée avec accusé de réception.